Salon RétroMobile

Renault : Un pionnier plein d’énergie

Depuis 120 ans, la marque au Losange régale les automobilistes de ses voitures à vivre. A Rétromobile, elle expose une belle sélection de son vaste répertoire. 

Renault appartient au club très fermé des constructeurs les plus anciens. Seulement Peugeot et Mercedes sont déjà parvenus à souffler cent-vingt bougies. Cette performance rare montre que l’automobile puise ses racines en Europe et plus particulièrement en France. Avoir cent-vingt ans, c’est avoir su traverser un siècle semé de tragédies, d’embûches, d’incertitudes mais aussi d’espoirs. La présence de Renault dans ce trio de tête est une victoire. Cela montre que le constructeur a su s’adapter en permanence à des conditions économiques, sociales et politques différentes. Il a su surmonter des crises majeures et se remettre en question pour rebondir.

Renault a eu trois vies : celle de son fondateur, de 1898 à 1944 ; celle de la Régie nationale des usines Renault, de 1945 à 1995 ; celle de Renault SA, aujourd’hui, étroitement liée à l’Alliance avec Nissan et Mitsubishi. C’est par un brevet de boite de vitesses à prise directe déposé en 1898 par Louis Renault, que l’on acte la naissance de Renault. D’emblée, la firme française se place parmi les entreprises innovantes, multipliant les dépôts de brevets : la suralimentation par turbo (1902), la bougie démontable (1904), le démarreur à air comprimé (1906), la dynamo d’éclairage (1914), la suspension moteur (1921), le servofrein mécanique (1923) pour ne citer que les premiers. Inventeur autodidacte, Louis Renault passe une bonne partie de son temps dans l’atelier de la propriété familiale de Boulogne-sur-Seine située dans le quartier résidentiel de Billancourt. La mise au point de son premier véhicule propulsé par un moteur De Dion-Bouton s’achève par l’ascension de la rue Lepic qui mène à Montmartre. Cet exploit déclenche les premières commandes de la voiturette Renault Type A. Sans le savoir, Louis Renault pratique le marketing avant l’heure. Il assure la promotion de ses modèles en participant avec succès aux premières épreuves sportives. Puis, alors que l’automobile passe à l’ère de la fabrication en série, il utilise le support des affiches pour faire de la publicité. Il sera aussi l’un des premiers à poser ses valises sur l’avenue des Champs-Elysées, dès 1912. Il y est toujours présent avec l’Atelier Renault.

Salon RétroMobile
Salon RétroMobile

L’année 1902 est marquée par la naissance du premier moteur Renault : un bicylindre décliné en deux cylindrées : 1 728 à 2 280 cm3 de 14 CV, puis un 4-cylindres de 2 540 cm3. La marque est difficile à suivre : en 1905, elle développe un taxi ; en 1908 naît la première six-cylindres. C’est d’ailleurs une constante de la première période : une offre pléthorique de modèles, balayant tous les segments, de la voiture populaire à la voiture de luxe. Derrière cette frénésie de modèles, un fil conducteur unit les Renault : ce sont des voitures à vivre.

La deuxième vie prend corps dès les premières heures de l’Occupation allemande. Jusqu’à la Libération de Paris, le 25 août 1944, Renault pratique la collaboration active encouragée par le maréchal Pétain. Le projet 106 qui aboutit à la 4 CV est peaufiné durant ces heures sombres. La 16 janvier suivant, le gouvernement provisoire décide la nationalisation de la SAUR. La Régie nationale des usines Renault (RNUR) est créée et Pierre Lefaucheux, ingénieur centralien, Compagnon de la Libération, en prend la tête. Le projet de la 4 CV est entériné. Devenu un porte-drapeau national et un véritable laboratoire social, Renault s’engage dans la production de masse. Présentée au salon de Paris 1946, la 4 CV mobilise plus de 800 000 visiteurs. Ils veulent voir cette petite voiture qui détonne avec sa teinte « motte de beurre ». Les hommes de la Régie sont vraiment inspirés car, non content d’accélérer l’accession à la mobilité individuelle, ils créent de nouveaux segments.

Salon RétroMobile
Salon RétroMobile

C’est ainsi que naissent la Colorale, l’ancêtre du monospace, la Floride, un cabriolet présenté en grande pompe à New York sous l’appellation Caravelle, la Renault 4 puis les Dauphine et Renault 8 qui ont droit à des versions musclées « Gordini » reconnaissables à sa teinte bleue frappée de deux bandes blanches. La Renault 8 Gordini donne naissance à une Coupe au sein de laquelle va s’épanouir toute une génération de futurs champions. Renault est vraiment de toutes les innovations : la Renault 16 révélée en 1965 révolutionne les canons de la berline avec sa silhouette deux volumes dotée d’un hayon ; la Renault 5 invente la citadine polyvalente ; la Renault 5 Alpine, la sportive de grande diffusion. La Renault 30 marque le retour du six-cylindres. Porté par ses succès en F1, Renault devient l’un des promoteurs du turbo pour la série. Cela ne l’empêche pas d’inventer de nouveaux concepts automobiles. Ce sera l’Espace, la Twingo, le Scenic et la Vel Satis.

Depuis 120 ans, Renault, par sa créativité et son imagination, contribue largement à l’amélioration et au renouvellement de l’automobile.  

Salon RétroMobile