Salon RétroMobile

DS : Une automobile élyséenne

La troisième marque du groupe PSA est une habituée de la cour de l’Elysée depuis l’arrivée du Général de Gaulle au pouvoir. 

C’est un peu l’histoire de la Ve République qui s’expose sur l’espace dédié à DS, devenue en 2014 la troisième marque du groupe français PSA. Alors que la IVe République vit ses dernières heures, Citroën est déjà en vogue au palais de l’Elysée. René Coty utilise une 15-Six carrossée par Franay puis, à partir de 1956, une limousine décapotable à quatre portes réalisée par le carrossier Henri Chapron. Avec l’avènement de la Ve République et l’arrivée du Général de Gaulle au pouvoir, la DS devient la voiture présidentielle. Le premier président de la Ve République défile pour la première fois à bord d’une DS 19 en 1962 à l’occasion d’une visite dans l’est de la France. Immatriculée 3 PR 75, cette DS se distingue des modèles de série par un pavillon en toile qui se replie manuellement vers l’arrière. Cette transformation permet au président de se tenir debout et de saluer la foule. Même pour ses déplacements personnels, le Général roule en DS. Modèle de confort, la berline du quai de Javel lui a sauvé la vie los de l’attentat du « Petit-Clamart » dont il fut victime le 22 août 1962.

Salon RétroMobile
Salon RétroMobile
Salon RétroMobile

Au début de l’année 1968, les services de la présidence de la République contactent Citroën afin de réaliser une nouvelle voiture d’apparat à partir de la plateforme de la DS. Finalement, le projet de limousine décapotable est ajourné et quelques jours avant Noël 1968, Pierre Bercot, le patron de Citroën, livre à l’Elysée une limousine d’une longueur respectable de 6,53 m. Sa réalisation a été confiée aux établissements Chapron. Si la face avant demeure proche d’une DS, le dessin des globes de phares, les pare-chocs et les clignotants diffèrent du modèle usine. Outre ses formes vraiment très personnelles et sa carrosserie peinte en deux nuances de gris, la DS immatriculée 1 PR 75 accueille au bout du capot une cocarde tricolore lumineuse réalisée dans un épais bloc de Plexiglas. Certes, les 106 ch du moteur de la DS 21 sont un peu faibles pour déplacer les 2,2 tonnes de la nouvelle DS Présidentielle mais l’habitacle affiche un luxe inouï entre la sellerie en cuir, les boiseries en ronce de noyer, certains éléments décoratifs en or fin et le mini-bar. L’espace arrière est vraiment généreux et accueille une banquette pour deux personnes et un strapontin escamotable, dos à la route. Le Général étrenne sa nouvelle DS lorsqu’il rend visite au président de la république centrafricaine Bokassa.

Dernier président à afficher une véritable passion pour l’automobile, Georges Pompidou commande deux SM décapotables lorsqu’il arrive à l’Elysée. Réalisés aussi par Chapron, ces véhicules d’apparat immatriculés 2 PR 75 et 3 PR 75 sont livrées successivement à la fin du mois d’avril 1972 et le 15 mai.  On revit la SM défiler sous les mandats de François Mitterrand et de Jacques Chirac. En 2012, une DS5 accompagne les premiers pas du quinquennat de François Hollande. L’histoire d’amour entre DS et la présidence de la République s’est poursuivie en mai dernier lors de la cérémonie d’investiture du huitième président de la Ve République, Emmanuel Macron. 

Salon RétroMobile